Le week-end des 28 et 29 mai, j’ai effectué ma première mission avec l’association A.M.I.S (Assistance Médicale Inter Sport), à l’occasion de l' »Enduro des Châtaignes » qui se déroulait à Privas.

J’ai fait connaissance avec l’équipe du week-end le vendredi soir en arrivant à l’hôtel. Nous avons partagé un bon repas et organisé la journée du lendemain, en répartissant surtout les équipes sur les différents lieux stratégiques à sécuriser (qui se place sur les spéciales, qui fait la fermeture de course…). La répartition fonctionne en binômes médecin/secouriste.

Nous nous sommes retrouvés le samedi à 6h30 pour le petit-déjeuner, puis j’étais affectée à la spéciale 2 pour commencer. Quand je suis arrivée sur la spéciale j’ai tout de suite compris que le niveau serait sûrement trop exigeant pour moi ! Mais je me rassurais en me disant que c’était une « spéciale » et que les liaisons seraient sûrement plus faciles (naïve !!).

Quand le binôme est venu prendre la relève à la spéciale 2 nous sommes partis par les chemins pour rejoindre la spéciale 3. Le but était de rouler par la liaison pour relever le binôme qui était présent à la spéciale 3…

Sauf que dès le début j’ai été en difficulté ! Olivier a dû passer ma moto à un endroit qui m’impressionnait trop, puis j’ai fait une première petite chute sans conséquence… ça commençait bien !! J’ai activé mon cerveau en mode « courage » et on a commencé la liaison… Des petits chemins remplis de grosses pierres, au milieu des bois… Je faisais de mon mieux pour à la fois me concentrer sur le chemin et pour laisser passer les pilotes qui arrivaient derrière nous au fur et à mesure… mais au bout de quelques minutes, dans une descente j’ai perdu le contrôle de mon cerveau, de mon appréhension et donc de ma moto… Mon guidon a touché un arbre à gauche, ce qui m’a balancée à droite du chemin et je suis tombée de la moto, dans un trou, avec une pierre qui a frappé mon dos…

Une belle peur et une belle douleur en cadeaux ! Le temps de me remettre de mes émotions j’ai essayé de remonter sur la moto parce que la suite avait l’air faisable… Mais quelle douleur en voulant enjamber la moto !! 

J’ai donc rejoint la route à pieds (elle était à quelques mètres seulement) et nous sommes retourné à la spéciale 2 par la route pour que Yann, le doc qui nous a relevé, m’examine ! Heureusement pas de casse mais sûrement un bel hématome en cours… Après avoir pris des médocs nous sommes repartis pour la spéciale 3, par la route  ! J’étais quand-même contente de pouvoir remonter sur la moto, mais ça restait douloureux !

J’étais très déçue de moi car j’ai bien compris que j’avais été trop ambitieuse et que mon niveau était largement insuffisant pour ce parcours ! 

J’ai donc fini la journée sur la spéciale 3 où je me suis occupée d’un jeune pilote qui était bien sonné après une chute… Mais rien de grave finalement, et j’ai pu le revoir le lendemain finir sa dernière spéciale de la journée et, j’espère pour lui, sa course entière ! 

Malheureusement, à la fin de la journée, un collègue a dû se faire hélitreuiller à l’hôpital suite à une mauvaise chute qui lui a cassé le fémur…

Nous avons tous rejoint le paddock pour gérer « la bobologie » de fin de journée et pour entretenir les motos. Une fois que tout ça était terminé nous avons pu prendre un petit apéro bien mérité au camion et le Moto-Club Privadois, qui organisait l’évènement, nous a offert un bon repas.

Nous n’avons pas demandé notre reste et sommes vite tous partis nous reposer pour être en forme le lendemain !

Le dimanche a été plutôt calme médicalement. Nous avons commencé la journée à la spéciale 1, sur les hauteurs de privas, au pied des éoliennes !!  La vue était magnifique mais il y avait beaucoup de vent !

Nous avons ensuite rejoint la spéciale 3 par la route où nous avons fini la journée tranquillement…

J’ai vraiment passé un super moment, même si j’aurais préférer rouler plus, et j’ai encore rencontré des personnes super sympas et appris de nouvelles choses ! Notamment tout un vocabulaire propre aux courses (CH, Spéciale, liaison, Marshal, commissaire) et les différentes catégories de pilotes (élites, nationaux, espoirs, juniors, féminines, vétérans, super vétérans…) !

J’ai aussi renoué avec la médecine d’urgence, cette médecine qui m’a toujours plu !

J’ai hâte de pouvoir y retourner, en choisissant bien la course cette fois ! Et d’ici là, pas de secret, il va falloir rouler encore pour progresser !!